En ce mois d'octobre et n'ayant pas franchement le moral aujourd'hui, j'ai envie de vous parler d'un sujet assez lourd mais qui nous concerne toutes de prêt ou de loin, cette maladie qui nous fait peur et que personne n'est jamais prêt à affronter. Je suis de celles qui ne préfère pas le prononcer, de celles qui ont beaucoup de mal a accepter la maladie et la dure réalité des choses



Je suis sûre qu'à travers ces quelques lignes déjà, vous savez de quelle maladie je parle. Pourquoi maintenant? Pourquoi ce sujet? Et bien je crois que je suis prête à vous parler de choses très personnelles et aussi que j'en ai besoin.

Le blog ce sont des looks, de la déco, des bonnes adresses mais derrière tout ça se cache un petite fille et hyper sensible en plus , quelqu'un que je ne vous laisse pas souvent paraître à travers les réseaux, c'est de ça que je veux vous parler aujourd'hui!

L'année 2014 n'a pas été une année facile pour moi, cette maladie que nous appellerons aujourd'hui "le bernard l'hermite" après tout ça vit dans l'eau aussi et ça pince! (humour noir je sais), on en entend beaucoup parler, chaque jour d'ailleurs et on prit chaque fois pour qu'il ne touche jamais un de nos proches. Et puis arrive ce jour, où il faut passer des examens car les radios ne sont pas bonnes ... ce jour ou tu sais que bernard l'hermite s'est installé mais tu refuses de le croire et te raccroches à l'espoir, la meilleure arme de cette maladie d'ailleurs ... d'où l'expression l'espoir fait vivre! 

Début d'année 2014, le bernard l’Hermite a été décelé à mon père.

Les discours qui viennent à l'esprit des gens qui vous entourent (moi la première) sont  "c'est pas grave il va guérir", "ça se soigne", "la médecine a fait des progrès tu sais... "Mais soyons claire, ce sont des mots qui ne nous remontent ABSOLUMENT pas le moral, là seule chose que l'on retient c'est ce fichu mot que j'ai choisi de ne pas prononcer, ce mot qui résonne avec ... bref!

Le plus dure dans la maladie c'est de l'accepter, tant pour la personne qui la subit que pour les personnes qui l'entourent. Je me souvient de toutes ces fois où moi même j'avais ce discours envers mon père, j'essayais de le convaincre, de lui donner cette force et puis à moi aussi par la même occaz'.
C'est vous qui donner de la force à la personne malade et c'est la personne malade qui vous donne de la force.... Cercle vicieux du Bernard l'hermite!

Alors OUI  j'ai été cette fille qui a fâché son père, pour le bouger, pour qu'il est de la force, OUI j'ai été cette fille dure qui a joué sur sa fierté masculine "tu ne va pas te laisser démolir, tu es un homme", mais aussi sur ces sentiments "on a encore besoin de toi, hey ho je ne suis pas mariée!". J'ai été difficile parfois, je le sais, parce que je ne voulais pas l'échec, parce que j'avais besoin de lui et parce je voulais qu'il batte ce put*** de bernard l'hermite! Aujourd'hui, mon père va bien, rassurez vous, il a été plus fort que Bernard!

Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, dans la même année, j'ai appris que le Bernard l’Hermite avait touché un autre membre de ma famille, un lien moins direct mais proche, et cette fois ci le diagnostic était différent, le Bernard l'hermite ayant posé ses valises depuis plusieurs années, elle ne pourrait pas s'en débarrasser ... jamais ... pas guérissable.

Les gens qui vivent ces choses savent combien il est difficile de supporter la maladie, aussi pour l'entourage, une fois il y a du mieux, une fois c'est trois fois pire, "ça se stabilise", "c'est reparti" ...tant de paroles qui font que moralement c'est épuisant!

Bref si je vous écris tout ça aujourd'hui ce n'est pas pour vous saper le moral au contraire, toutes ces nouvelles de merde, vous permettent de faire le point, de voir la vie différemment et vous rendent plus forte! C'est aussi un clin d’œil pour que vous compreniez certaines fois où je ne dis rien, où j'ai pas la frite, où le téléphone a sonné, où les résultats du scanner sont arrivés et où j'ai pas envie parler... vous comprendrez mieux après cet article j'en suis sûre!

J'ai beaucoup souffert de tout ça en 2014, et pas que ... mais du coup j'ai eu envie de faire vraiment ce que j'aimais et de laisser une place à ma passion, est né le blog. Ne jamais reporter à demain ce qu'il est possible de faire le jour même. Cet article m'a ramené à des tristes souvenirs et je le terminerai sûrement en larmes mais avec le recul et bien j'ai grandi, et en séchant mes larmes je me dis que ça m'a fait vraiment du bien de vous déballer tout ça!

MORALITE DE L'HISTOIRE : BERNARD EST UN GROS C******!

Belle soirée mes petites lectrices <3